Archives de Catégorie: Uncategorized

Protégé : Candidatures Aux Élections – Madagascar : Tout Sauf Du Patriotisme

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publicités

Protégé : Devenir Entrepreneur Social : c’est d’abord un Etat d’Esprit

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Francophonie – Madagascar : Sphère d’influence, de domination et d’opportunités

© Pixabay “Créer, non posséder ; oeuvrer, non retenir ; accroître, non dominer. ”

© Pixabay
“Créer, non posséder ; oeuvrer, non retenir ; accroître, non dominer. ”

Le 16e Sommet de la Francophonie se déroule à Madagascar. L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a choisi pour thème « Croissance partagée et développement responsable : les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone ». On estime à 274 Millions le nombre de francophones dans le monde (2014) et ce nombre pourrait atteindre 700 Millions à l’horizon 2050 dont plus de 80% se trouveraient en Afrique.

Selon les dernières statistiques (2010), l‘OIF estime à 1.007.300 (soit 5% de la population) les francophones « réels » à Madagascar c’est-à-dire les Malagasy pouvant écrire et parler couramment et quotidiennement le français. Et 3.021.900 (soit 15% de la population) les francophones partiels (personnes ayant une compétence réduite en français). Les 80% restant ne pratiquent que le malgache.

Francophone et francophile ?

La 5e langue la plus parlée dans le monde : le français – est une belle langue que les élites malgaches aiment bien afficher d’ailleurs comme signe extérieur de « réussite sociale » ou de « bonne éducation ». Madagascar est un pays francophone mais sa francophilie reste à prouver.

Les Malagasy gardent un très bon souvenir des Jeux de la Francophonie organisés à Madagascar en 1997 mais il faut dire que leur cœur n’y est pas pour ce 16e Sommet de la Francophonie. Il n’y a pas une vraie adhésion populaire. Un désamour ?

Un premier élément de réponse est l’impopularité des responsables politiques malgaches auprès de la population.

L’environnement socio-économique des Malagasy est caractérisé par l’insécurité généralisée, le délestage, la corruption et trafics en tous genre qui gangrènent la société entière, le népotisme, la dégradation du milieu naturel, la malnutrition extrême dans le Sud, le décrochage scolaire, l’analphabétisme, le chômage, la justice populaire, l’accaparement des terres, les privilèges accordés aux étrangers au détriment des locaux, plus de 90% des Malagasy vivent en-dessous du seuil de la pauvreté (2$/jour), etc.

Au milieu de tout cela, on doit subir les caprices et desiderata des uns et des autres aux frais des contribuables (train de vie luxueux, voitures 4×4, etc.). Et par-dessus tout, la population doit encore « fournir des preuves » aux dirigeants du pays à quel point elle est pauvre…

Un autre élément de réponse est aussi le sentiment des Malagasy envers l’ancienne « Mère Patrie ». La relation complexe entre les Malagasy et la France est rythmée par : l’attitude de la France envers ses anciennes colonies en général,  les ingérences (supposées et/ou réelles) de la France dans les affaires malgaches, les questions des îles Éparses, le comportement de certains ressortissants français à Madagascar, etc. Tout ceci ravive des ressentiments qui ramènent automatiquement à l’histoire (néo)coloniale.

Par ailleurs, ces derniers temps, les Malagasy ont l’impression que l’administration malgache a été élue uniquement afin que le 16e Sommet de la Francophonie se déroule bien à Madagascar. C’est comme une fin en soi. C’est comme si lors des prochaines élections, les actuels responsables politiques seront jugés sur la réussite du Somment de la Francophonie. Enfin, qui sait…?

Les énergies et le budget de l’Etat semblent « illimités » lorsqu’il s’agit de la Francophonie alors que de l’autre côté la population baigne dans une pauvreté extrême. D’où l’interpellation du Collectif des Citoyens « Wake Up Madagascar » à l’endroit de l’OIF afin de dénoncer cet état de fait.

L’image de la Francophonie

Si la Francophonie ne se limite pas qu’à la France toute seule, elle est considérée avant tout comme l’instrument  qui permet à la France de maintenir son pré-carré, d’entretenir son influence culturelle (Soft Power) et de continuer à asseoir sa domination dans le monde francophone.

Les attentions particulières accordées aux responsables politiques français par les pays hôtes du Sommet renforcent ces idées : on se soucie en premier lieu de l’éventuelle arrivée du président de la République française et ses membres du gouvernement. On a l’impression que si les autres V.I.P ne débarquent pas – ce n’est pas vraiment « grave », il est plus qu’attendu que les responsables français assistent à l’Evènement. Quel manque de considération pour les autres dirigeants étatiques francophones…

Il est tout à fait compréhensible que la France ait ses mots à dire dans une organisation qui porte son nom et ses marques. Mais quand ses choix politiques et sa ligne de conduite diffèrent des aspirations du peuple, il ne faut pas s’étonner de son « impopularité ».

On se souvient de l’intention de la France de nommer Blaise Compaoré (Ex-président de la Burkina Faso) en tant que candidat à la succession d’Abdou Diouf (Ex-président du Sénégal) en tant que Secrétaire général de l’OIF, en 2014. Le même Blaise Compaoré qui après 27 années de règne sans partage au Burkina Faso, voulait « rafistoler » la Constitution Burkinabè afin de pouvoir s’éterniser « Ad Vita Æternam »  au pouvoir. Chose qui a été contestée par tout un pays et qui a fini par l’exil de Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire. Alassane Ouattara (Président de la Côte d’Ivoire) lui a accordé la nationalité ivoirienne en Février 2016…

La presse africaine considère à cet effet le poste de Secrétaire Général comme un « recasement pour les anciens présidents africains pour service rendu à la France ». La présidence de Michaëlle Jean (Ancienne Gouverneure Générale du Canada) en serait l’exception qui confirme la règle. Lire la suite


Harena An-kibon’ny Tany Mitarika Ady: Fiatombohana ihany

© Pixabay "Tsy mety raha sady ho lany harena no ho very hitsiny"

© Pixabay
« Tsy mety raha sady ho lany Harena no ho very Hitsiny »

Tsy hoe hanao mpaminany sandoka akory na haniry loza ho an’ny firenena fa ny hamisavisana ny ratsy hono hiavin’ny soa.

Ny sakoroka manoloana ny fitrandrahana volamena teny Soamahamanina nataon’ny Sinoa no naresaka tatoato. Santionany sy ampahany ihany io. Raha ny harena manintona ny firenena vahiny eto Madagasikara dia betsaka. Ary izay rahateo no nahatonga ny fanjanahan-tany. Ao ny efa fantatra sy voafaritra mazava ny fisiany, ao koa ny faritra izay vita vinavina ny harena misy ao aminy. Firy amin’ny Malagasy anefa no mahafantatra ny fisian’izy ireny ? Iarahana manaiky safo be mantsina fotsiny ihany fa manankarena i Madagasikara fa vitsy amin’ny Malagasy no mahalala ny faritra efa notrandrahana na efa nahofa, na hotrandrahana atoato. Ny fikambanana «Les Amis de la Terre» dia namoaka Tatitra (2012) mikasika ny tetik’asa sasany misy eto Madagasikara izay tsara fantatra tokoa (Tsindrio eto).

Mazava ho azy fa raha ny toe-draharaha iraisam-pirenena amin’izao fotoana no jerena dia betsaka ny firenena matanjaka na mpanam-bola tsy miankina amin’ny fanjakana no te ho avy eto Madagasikara mba haka ny anjarany. Raha tsy mitandrina ny Malagasy na tsy mahay mitantana dia fahapotehan’ny tontolo iainana, fahasimban’ny fahasalamam-bahoaka, fihitaran’ny tsy fahandriham-pahalemana, korontana sosialy, ary mety hiafara amin’ny ady an-trano no misy eto amintsika noho ny hazakazaka amin’ity resaka fitrandrahana harena an-kibon’ny tany ity.

Harena an-kibon’ny tany : fahasoavana sa loza mihantona ?

Raha i Chine manokana no resahana dia iaraha-mahalala fa firenena te hamerina sy hametraka ny maha-izy azy tanteraka eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena izy. Noho ny ezaka ara-ekonomika nataony nandritra ny taona maro dia i Chine amin’izao (2016) no firenena voalohany amin’ny tanjaka ara-ekonomika (16,5%) maneran-tany – eo anoloan’i Etazonia (16,3%). Faharoa kosa izy amin’ny tanjaka ara-politika sy ara-miaramila.

Vokatra mivantana ateraky izay : miha-manankarena ny vahoaka Sinoa, mitombo ny isan’ny mpanefoefo any Chine, miakatra ny fahefa-mividin’ny olona, mitombo ny filàna karazana Akora, mitaky fari-piainana sy fomba fiaina mifanaraka amin’ny tanjany ny firenena Sinoa.

Ary sahala amin’ny firenena matanjaka rehetra mahazatra dia mitady ny fomba rehetra ry zareo Sinoa hihazonany an’izany toerana izany mba ahafahany manome fahafaham-po ny Indostria (solika, volamena, vatosoa, ets.) sy ny filàn’ny mponina ao aminy (sakafo, vokatra tsy fahita, ets.).

Mana-porofo izany ny haben’ny famatsiana ara-bola sy politika ara-barotra ataon’i Sinoa aty Afrika sy Madagasikara.

Mazava ho azy fa tsy mijery fotsiny na hamela malalaka ny Sinoa hanao izay tiany atao ny firenena matanjaka hafa mpifaninana aminy : ny firenena tompon’ny hery hatramin’izay (Etazonia, Angletera, Frantsa, ets.), ireo firenena iray firehana amin’ny Chine ao amin’ny BRICS (Brazil-Russia-India-China-South Africa), ireo firenena hafa manam-paniriana hanana anjara toerana ihany koa eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena (Turquie, Japon, Korea Atsimo, Thailande, ets.).

Hifandrotehana ny fitadiavana Akora vaovao ka izay indrindra no hamotika tanteraka ny fiainan’ny firenena marefo – hanjakan’ny tsolitra – sahala amin’i Madagasikara raha tsy mitandrina.

Tsy voatery hiady mivantana izy ireo fa kosa miafina ao ambadika karazana hetsika, fikambanana, vondron’olona na hery isankarazany. Raha ny aty amin’ny faritra Afrika dia betsaka ny ohatra korontana sy ady naterak’izany toe-javatra izany. Ny ady mifono resaka solika tatsy Biafra (Nigeria) ohatra dia ady azo hisintonana lesona ankehitriny ho an’ny firenena sahala amin’i Madagasikara. Ny vanim-potoana sy ny toerana no miova fa ny tanjona ambadika sy fomba fiady sahala ihany.

Iaraha-mahafantatra fa tsy mahatohitra ny tsindry (ara-politika sy ara-bola) avy amin’ny firenena vahiny ny firenena Malagasy.

Ny vola no ambonin’ny zavatra rehetra

Etsy an-daniny ny fanjakana Malagasy dia rotiky ny adi-lahy politika sy ny « Bizna » isan-karazany. Ny tompon’andraikitra isa-tsokajiny dia lany andro miazona mafy ny sezany amin’ny fomba rehetra, miketrika lava ny hampitombo ny fananany manokana ka vonona ny hifampiraharaha amin’izay mpanam-bola tonga rehetra. Na ny olona eo amin’ny fitondrana na ireo izay milaza ho mpanohatra ny fitondrana dia samy azo lazaina fa tsy misy azo ianteherana na hatokisana satria kapoka iray ihany amin’ny toe-tsaina sy fitondran-tena. Samy te haka ny anjarany ihany koa sahala amin’ny vahiny.

Lire la suite


Protégé : Inona no anjara birikinao ho fampandrosoana an’i Madagasikara?

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Protégé : Akamakama sy Kolikoly : Poizina Mandringana ny Gasy

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Protégé : Madagasikara 29 Martsa 1947 : Mbola Misy Ambiny Ve Ilay Ilo Tsy Very

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


%d blogueurs aiment cette page :