Népotisme et Corruption: Ingrédients de la Justice Populaire à Madagascar

© MorgueFile

© MorgueFile

Mise à jour le 28 Février 2015

La justice populaire a toujours existé à Madagascar. C’est le résultat du dysfonctionnement de la justice, de la corruption généralisée et donc de la perte de confiance envers les autorités policière et judiciaire du pays.

Franchement, quel citoyen a encore confiance en l’appareil judiciaire malgache ? Les « innocents » risquent d’être condamnés à tort s’ils n’ont pas assez de « moyens » pour faire valoir leur cause. Les « coupables » ont l’espoir qu’il y aura toujours moyens d’en sortir « intacts » malgré leurs méfaits du moment d’avoir ce qu’il faut là où il faut. Est-ce une simple perception ou tout simplement la triste vérité ?

Avant de juger, il faut comprendre

Si la justice populaire a toujours existé à Madagascar, cette pratique « primaire » a pris une autre ampleur lorsque 2 ressortissants français ont été victimes de lynchage à Nosy Be en 2013. L’opinion publique internationale – notamment française – a été abasourdie par cet événement et stupéfaite par la « barbarie » des Malgaches. Et comme d’habitude, il a fallu que l’ambassade de France tape du poing sur la table pour que les responsables agissent avec empressement afin de prendre les mesures adéquates. Pathétique mais normal pour un État fantoche !

N’en déplaisent aux autorités concernées, les faits nous rappellent au quotidien que les forces de l’ordre et les hommes (et femmes) de loi ont perdu toute légitimité auprès de la population.

Le rapport d’activités du Centre d’Assistance Juridique et d’Action Citoyenne (CAJAC) précise que la gendarmerie est le secteur le plus corrompu à Madagascar, le tribunal vient en deuxième position et la police nationale (en quatrième place).

Les Malgaches sont fatigués par les injustices qu’ils subissent journalièrement, les gens sont frustrés quand ils constatent que les cerveaux de crimes et trafics en tout genre courent toujours les rues sans s’en inquiéter. Les simples citoyens sont dégoutés de voir les forces de l’ordre et autres hommes de loi qui exploitent leur pouvoir pour arriver à leurs propres fins.

Les forces de l’ordre et les malfrats rivalisent dans leurs méfaits et alternent la Une des journaux. Des bandits à col blanc, cerveaux de toutes sortes d’opérations mafieuses se pavanent et respirent une certaine arrogance car ils se considèrent intouchables grâce à leurs pouvoirs et relations. D’autres sont relâchés « sans motif clair » par les autorités et risquent d’exercer des représailles.

Pendant tout ce temps, les députés (pouvoir législatif) qui sont censés représenter le peuple et mettre de l’ordre dans tout cela démontrent malheureusement – au vu et su de tous – leur indifférence et égoïsme avérés. Il n’y a pas un jour où l’on n’assiste pas à des revendications qui vont dans le sens de leurs intérêts personnels : salaires et autres avantages qui dépassent l’entendement.

La justice populaire est la manifestation de cette colère et frustration. Les gens sont dépouillés de leur dignité, ils n’ont plus de repère moral, ils perdent le sens de la discipline et de la justice tellement toutes ces valeurs sont piétinées en premier par ceux qui doivent les respecter.

Tout cela explique l’ancrage de la justice populaire. Cependant, il n’est nullement pas question de faire l’apologie de ce crime abominable qu’est le tribunal populaire. Il ne s’agit pas non plus de justifier de tel acte mais néanmoins de comprendre et d’expliquer pourquoi on en est là. Pour éradiquer le mal, ne faudrait-il pas s’attaquer à sa racine ?

Une société n’est forte que lorsqu’elle met la vérité sous la grande lumière du soleil

S’il est certain que la corruption, le trafic d’influence, le népotisme et tous ces maux qui minent le système judiciaire ne datent pas d’hier. Il n’est pas faux d’affirmer que l’avènement d’un pouvoir anticonstitutionnel sans foi ni loi – en 2009 – a amplifié les abus et toutes sortes de pratiques déviantes dans le pays.

L’anarchie règne dans un semblant d’ordre. Il est vrai que lorsque les choses matérielles, les intérêts pécuniaires et la quête du pouvoir priment sur les valeurs telles que la Vérité et la Justice, on ne s’étonne pas des dérives de notre société actuelle.

L’argent est roi par conséquent la mentalité dans la règle de l’art fait défaut. Et ceux qui veulent changer les choses sont parfois tétanisés par le climat pourri qui prédomine.

Il est plus que temps que les choses changent. Au rythme où vont les choses, il y a urgence. Et pourtant, il ne reste qu’une seule solution à adopter : l’application effective et impartiale de la loi.

Il est plus que temps que justice soit faite sans considération de la couleur politique, d’appartenance à un groupe quelconque (corporatisme) ou de l’épaisseur du portefeuille de quiconque enfreint la loi.

Il faut donner l’exemple : traquer avec force toute une filière – du sous-fifre au cerveau d’un délit ou crime quelconque. Traiter avec impartialité et transparence les affaires – au vu et su de tous afin de démontrer que personne n’est au-dessus de la loi. Mission difficile mais pas impossible !

Bien sûr qu’on entend des promesses par-ci, de belles déclarations par-là. Malheureusement, elles restent lettre morte car elles constituent juste des effets d’annonce ou de simples bonnes intentions.

Concernant les rapts dont ont été victimes des citoyens français dernièrement, l’ambassadeur de France, François Goldblatt disait que « …. L’enlèvement de ressortissants français à Madagascar ne saurait être toléré ou rester impuni ». Il est compréhensible que l’ambassadeur s’indigne sur ce qui arrive à ses concitoyens, mais la vérité est que la loi n’est pas un privilège pour certains groupes uniquement.

La vérité est qu’on devrait être capable d’affirmer que toute infraction, tout délit et tout crime commis à Madagascar ne sauraient être toléré ou rester impuni….

Moins de « blabla » s’il vous plaît et plus de résultats. Que les coupables (ou les victimes) soient des étrangers ou des nationaux, qu’ils soient riches ou pauvres, de simples gens ou hauts dignitaires, que justice soit faite ! On veut des ré-su-ltats concrets!

Comment voulez-vous faire croire aux simples citoyens, aux bailleurs de fonds et aux générations futures le bien fondé de l’État de droit, la vertu de la discipline, l’importance du respect et la valeur de l’éducation si on leur montre au quotidien qu’on peut tout se permettre du moment qu’on connaît les bonnes personnes ou du moment qu’on peut « arroser » qui on veut. La destruction totale de toute valeur et du sens moral est à notre porte…c’est une bombe à retardement pour la société malgache. Et les vautours ne sont pas loin pour profiter de ce qui reste…la meilleure part.

Madagascar, réveille-toi maintenant ou jamais car demain sera déjà peut-être trop tard !

 

Articles de presse:

Midi Madagasikara : Corruption – La gendarmerie en tête, selon CAJAC

RFI: Madagascar – Les députés veulent une revalorisation de salaire

NewsMada: Cadeaux à l’Assemblée Nationale : des députés gâtés pourris

Express de Madagascar: Assemblée Nationale -Les députés réclament un passeport diplomatique

Tribune Madagascar: Les arrestations d’éléments de l’élite de la gendarmerie GSIS continuent

Publicités

À propos de Gasy ImpACT

Soyez le chan­ge­ment que vous vou­lez voir dans le monde - Gandhi Voir tous les articles par Gasy ImpACT

6 responses to “Népotisme et Corruption: Ingrédients de la Justice Populaire à Madagascar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :