Archives mensuelles : décembre 2012

Du Pays du Moramora au Kaizen (2/2 Partie)

© MorgueFile "Même un voyage de mille kilomètres commence par un premier pas." ) Lao-Tseu

© MorgueFile
« Même un voyage de mille kilomètres commence par un premier pas. » Lao-Tseu

Changer de mentalité revient toujours comme la voie préconisée par de simples citoyens lorsqu’on leur demande ce qu’il faut faire pour sortir de la pauvreté et tendre vers une société plus juste et évoluée.

Ce changement de mentalité serait requis de la part des dirigeants politiques dans leur manière de concevoir la gouvernance, mais aussi passerait par une prise de conscience collective quant à la notion de responsabilité au quotidien. Plus facile à dire qu’à faire ? Nous avons parlé de l’attitude Moramora qui « ralentirait » le développement général d’un individu ou toute une nation. Mais comment changer les vielles habitudes et par où commencer ? Nous avons annoncé que le Kaizen pourrait être la meilleure chose qui puisse nous arriver compte tenu de notre circonstance.

Lentement mais…sûrement

Pour dire les choses simplement, le Kaizen est un mot japonais qui a pour sens : « amélioration continue ». Etimologiquement, ce terme est composé des mots « Kai » qui veut dire changement et « Zen » qui signifie bon. C’est un état d’esprit qui cherche à améliorer une situation donnée graduellement et doucement afin de la rendre meilleure. En d’autres termes, le Kaizen repose sur le fait que les petites actions d’amélioration faites régulièrement engendreront de meilleur résultat ou performance.

Tout cela semble relever du bon sens. Toute création ne passe pas de la naissance à l’âge adulte dans la même journée. Pour acquérir les connaissances nécessaires, on ne passe pas de la maternelle à l’université du jour au lendemain. Tout est question de petites étapes à franchir. L’esprit Kaizen peut se résumer ainsi : Mieux qu’hier, moins bien que demain.

La force principale de ce mode de pensée est due au fait qu’il ne se base pas sur de gros moyens ou de changement radical mais chacun avec le peu de choses qu’il a et, avec un minimum de volonté pourrait accomplir de grandes réalisations à terme.

D’ailleurs pour toutes ces raisons, le Kaizen est l’apanage des entreprises qui cherchent constamment à améliorer leurs compétitivité et performance: redéfinir continuellement le standard de qualité afin d’obtenir de meilleurs produits.

Cela requiert une certaine humilité d’être dans l’autocritique et de relever le défi de passer au prochain niveau vers l’excellence. Cette vision a été popularisée par Toyota dans le monde des entreprises – notamment dans les domaines de la production et de la logistique. Vous êtes peut-être familiers avec ces quelques termes barbares : Cycle PDCA, Kanban, Six Sigma, Lean manufacturing, 5S, Poka-Yoké et Just-in-Time. Nous n’allons pas entrer dans les détails mais en général ce sont des techniques dérivées du Kaizen qui consistent à chasser les gaspillages (les défauts, les sur-stocks, les mouvements inutiles) et identifier les activités à forte valeur ajoutée.

Ce qui nous intéresse au plus haut point, c’est l’application de cet état d’esprit dans notre quotidien.

Qui n’avance pas recule

Les mots clés à retenir sont : amélioration (aussi minime soit-elle), lentement mais graduellement et de façon continue.  On est d’avis qu’une situation stagnante n’est pas forcément un bon signe car on fait du surplace et l’on risque de perdre pied.

Lire la suite

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :