Archives mensuelles : février 2012

Opération Guillotine: Des têtes doivent impérativement tomber à Madagascar

Immortels et Intouchables

Systeme Judiciaire Madagascar

© Dmitry Maslov

Qui ne connaît pas les Highlanders ? Ces personnages qui ne succombent pas à la maladie, à la vieillesse ou aux blessures : des « Immortels » qui ne peuvent être tués que par décapitation uniquement. Le plus célèbre d’entre eux est Connor MacLeod, le personnage principal du film « Highlander ».

A Madagascar, il y a des Highlanders devant la loi : des gens qui ont commis des délits et d’autres crimes de toutes sortes mais qui restent zen.

Des hommes qui se croient être au-dessus des lois et qui n’ont aucun scrupule à vivre fièrement dans l’illégalité totale : des politiciens avec des pratiques douteuses, des représentants du peuple malhonnêtes protégés par l’immunité parlementaire, des fonctionnaires véreux et corrompus, des hommes d’affaires tricheurs qui s’appuient sur leurs relations et argent pour ne s’inquiéter de rien, de simples citoyens qui comptent sur les réseaux de « je-connais-quelqu’un-qui-connaît-quelqu’un.com » pour sortir sans égratignure du tribunal. Ces Highlanders se croient tout permettre devant la justice malgré leurs malversations. Ils sont insaisissables et intouchables!

La loi existe mais elle n’est pas appliquée

Pourquoi les choses vont si mal à Madagascar et qu’on est loin de devenir un pays émergent avec une croissance économique saine et une stabilité politique certaine ?

La réponse est simple : on ne fait pas ce qui doit être fait ! On pense que tout se résume à la politique…politicienne. Il faut savoir que si tout est politique, la politique n’est pas TOUT. On vit dans un système où tout est lié. Quand la situation politique n’est ni claire ni stable, les autres milieux sont affectés. Mais si un pays définit une bonne politique nationale mais que les autres secteurs n’adoptent pas les bonnes attitudes et habitudes, le résultat sera pareil. Que faire ?

A Madagascar, il y a des lois et des règles à respecter, des conventions nationales et internationales signées, des chartes, et d’autres formes d’accords juridique et moral qui doivent régir la société et les comportements de tout citoyen sans distinction mais malheureusement, on ne les applique et ne les respecte tout simplement pas. C’est la racine de tous les maux !

Comment séduire des investisseurs importants à investir dans un pays où la protection de leurs biens et intérêts n’est pas assurée ? Comment convaincre le citoyen qu’il faut respecter la loi alors que les hommes de loi ou les forces de l’ordre eux-mêmes sont les premiers à l’enfreindre ? Comment parler de sécurité et de confiance dans un pays qui a du mal à définir et défendre les vecteurs de valeurs comme la justice, la transparence et la vérité ?

L’Opération Guillotine

Au tout début, on parlait des Highlanders qui ne peuvent être tués que par décapitation. Si on veut changer les choses à Madagascar, on doit faire place à l’opération Guillotine. Il faut couper le mal dans sa racine. Les têtes des Highlanders doivent tomber sous l’épée de la Justice et de la Vérité. Madagascar ne peut plus tolérer que de telles pratiques qui appauvrissent la société entière soient acceptées comme « normales ».

Lire la suite

Publicités

Le Malgache du 21e siècle est-il pacifique ou soumis?

Le Malgache du 21e siècle est-il soumis?

© Maksym Gorpenyuk

Partisan du Fihavanana

Madagascar, île de rêves – habitée par un peuple hospitalier et aimable peut-on lire dans certaines brochures destinées aux touristes. D’autres livres relatent le fait que les Malgaches ne sont pas violents par nature…bref les Malagasy sont des « gentils pacifiques « .

A priori ce sont des qualités rares qu’on nous envie. D’ailleurs, tout bon Malagasy qui se respecte dira sans détour que nous sommes de grands fervents et défenseurs du « Fihavanana ». Un mot qui englobe tout un concept communautaire – Made in Madagascar, et qui n’a même pas son équivalence en langue étrangère.

C’est une philosophie de vie à la malgache qui veut que « ce qui arrive à l’autre me concerne aussi« . Dans le malheur ou dans le bonheur, on partage ces moments avec sa famille, ses amis, ses voisins, ses compatriotes,…pour faire simple: avec tout le monde. Un grand mot caractérisé par le partage, l’entraide, et la solidarité…bref de bons sentiments à l’état pur !

Le Fihavanana veut qu’on évite les confrontationson cherche l’harmonie sociale au détriment même de ses intérêts personnels. Un adage bien Malgache ne dit-il pas: « Aleo very tsikalakalam-bola toa izay very tsikalakalam-pihavanana » que l’on pourrait traduire par « Il vaut mieux perdre de l’argent plutôt que perdre une amitié ».

Les autres accaparent le «tsikalakalam-bola» et laissent au peuple Malgache le Fihavanana

Beaucoup diront que c’est une vertu dont le Malgache peut en être fier. A priori, grâce au Fihavanana et à ce pacifisme légendaire, Madagascar a su éviter des guerres civiles malgré les crises politiques cycliques qui minent le pays.

Les gens gardent le sourire malgré la pauvreté qui les écrase. Le Malgache reste zen malgré le peu de liberté qu’on lui accorde. On nous laisse des miettes à manger mais l’esprit de Fihavanana veut qu’on s’organise pour que tout le monde ait sa part de miettes !

Au nom du Fihavanana, on se contente du peu. On ne se plaint pas, bien qu’on ne nous respecte même plus. En résumé, on dirait que même si on nous enlève tout : notre dignité, nos droits et notre liberté mais si on a le Fihavanana, tout va bien !

Lire la suite


%d blogueurs aiment cette page :